Travail contre logement : comment ça s’organise ?

Que ce soit en vacances ou dans la vie de tous les jours, le logement représente toujours une part importante du budget. Depuis quelques années, plusieurs solutions de travail contre logement se sont développées dans le monde entier. Pas besoin d’avoir un talent particulier : il suffit de se rendre disponible et de savoir retrousser ses manches de temps en temps !

Baby-sitter de villa  : pas plus compliqué que ça !

Vous rêvez de partir en vacances au bout du monde, mais le solde de votre compte en banque n’est pas à la hauteur de vos espérances ? Sachez que vous pouvez passer des vacances gratuites contre services partout sur la planète en acceptant de garder des logements en l’absence de leurs propriétaires. En d’autres termes, tout ce que vous aurez à faire pour bénéficier d’un hébergement gratuit à l’étranger sera de profiter du logement mis à votre disposition et, éventuellement, d’effectuer quelques petits travaux d’entretien.

Les propriétaires qui ont recours à cette solution du logement contre gardiennage ont souvent des biens magnifiques, et sont prêts à les confier à un gardien pour éviter les cambriolages. On trouve également des offres de logements contre gardiennage en France pour des résidences secondaires, ou pour des propriétaires qui n’arrivent plus à entretenir seuls leur propriété. Vous pouvez consulter les sites toitchezmoi.com et trustedhousesitters.com pour trouver des offres de logements contre gardiennage.

Le WWOOFing : travailler à la ferme en échange d’un toit

Le WWOOFing est la solution d’hébergement idéale pour les touristes qui sont prêts à occuper un travail contre un logement et de la nourriture. Cette pratique, devenue courante dans le monde du voyage, permet aux globe-trotters de faire du bénévolat dans une ferme ou un élevage biologique. On trouve des offres de WWOOFing dans la plupart des pays d’Amérique, d’Europe et d’Asie, ainsi qu’en Océanie et dans quelques pays d’Afrique. Par exemple, plus de 1700 hôtes accueillent des WWOOFeurs en France.

Tout ce qui est demandé aux participants est de travailler 4 à 6 heures par jour pour leur hôte, en échange de quoi ils auront un logement à la ferme et seront nourris gratuitement. Le WWOOFing est donc un excellent moyen d’en apprendre plus sur l’agriculture, le jardinage et l’élevage biologiques. De plus, il permet d’apprendre une langue et de s’imprégner de la culture d’un pays. Consultez le site du WOOFing en Francepour en savoir plus.

WorkAway et HelpXh : du bénévolat contre le gîte et le couvert

logement contre travailSi un logement à la ferme ne vous attire pas plus que ça, vous trouverez peut-être une offre de bénévolat plus proche de vos intérêts sur les sites workaway.info ou HelpX France. Par exemple, que diriez-vous de garder des enfants en Angleterre, de travailler dans une auberge de jeunesse au Brésil, ou de donner des cours d’anglais ou de français en Inde ? Sachez qu’HelpX est spécialisé dans les offres de bénévolat dans des ranchs, des hôtels, des auberges de jeunesse, des Bed&Breakfast et des fermes. Le principe est qu’en échange, votre hôte devra vous nourrir et vous loger gratuitement. Sur les deux sites, il est nécessaire de se créer un profil et de souscrire un abonnement pour pouvoir contacter les hôtes. En revanche, on peut consulter les annonces gratuitement et sans s’inscrire !

Logement contre service : une solution gagnant-gagnant

Souvent, les personnes âgées vivent seules dans des logements bien trop grands pour elles. Vous nous voyez venir ? Depuis quelques années, on trouve en effet des sites et des associations comme Toit à moi qui mettent en contact des personnes âgées ou des propriétaires ouverts à l’idée d’héberger quelqu’un et des personnes à la recherche d’un logement gratuit. En échange de menus services comme les courses, un peu de ménage ou simplement faire acte de présence la nuit, vous pourriez avoir un hébergement gratuit à Paris, Marseille, Toulouse ou Bruxelles, par exemple.

Attention, cette solution n’est pas idéale pour les oiseaux de nuit et les grands voyageurs ! Il faut souvent s’engager sur la durée et rester régulièrement à la maison. La garde de personnes âgées contre logement, notamment, est particulièrement plébiscitée par les étudiants : pas d’autres choix que d’étudier quand on s’est engagé à veiller sur papy ou mamy toute la soirée ! Quand les colocataires s’entendent bien, chacun y trouve son compte : l’hébergeur est content d’avoir un peu de compagnie, sa famille est rassurée de ne pas le savoir seul, et l’hébergé peut vivre dans un endroit souvent agréable et bien situé pour un coût très faible, voire nul.

Comment débusquer les arnaques ?

Quelle que soit la solution que vous choisirez pour travailler en voyageant ou pour bénéficier d’un logement en échange de services, il existe toujours un risque de tomber sur un mauvais hôte qui vous considérera comme son esclave. Voici quelques conseils pour éviter que le bon plan se transforme en cauchemar :

  • rencontrer son hôte en personne, et visiter le logement au moins une fois avant de s’engager et d’installer ses affaires : partez du principe qu’une rencontre sur Skype n’est pas suffisante pour se faire une vraie idée de l’expérience ;
  • poser le plus de questions possible : vous avez le droit de demander une description précise des tâches à accomplir, et d’interroger votre hôte sur son mode de vie en long, en large et en travers avant de faire le grand saut ;
  • se renseigner sur la législation en vigueur dans le pays : le concept de travail dissimulé n’est pas spécifique à la France ; alors, si vous avez l’impression d’être considéré(e) comme un(e) employé(e) et si vous n’avez aucun temps libre, il y a anguille sous roche ;
  • laisser ses objets de valeur dans un endroit sûr : bijoux, passeport et autres objets de valeur devraient être placés chez une personne de confiance, ou gardés en permanence sur vous, au moins pendant les premiers temps de l’expérience ;
  • se fier à son bon sens : vous travaillez 40 heures par semaine, le logement est sale, et votre hôte vous mène la vie dure ? Fuyez ! Une expérience d’hébergement contre services doit être agréable pour les deux parties.